FEU IBIZA RENOUVELÉ ?

Publié le

Auteur : cyclamen
25-01-04/12:24


Il suffirait de si peu pour retrouver le Ibiza que nous avons connu jadis (et oui, Marta, comme on se rejoint!).
Non par nostalgie du passé, mais parce que Ibiza et le monde entier deviennent lourd. On ne sait plus y chanter, sourire, danser naturellement et on est obligé de prendre des neuroleptiques, de l’alcool pour oublier et le reste pour croire encore aux jours meilleurs!
Je dis : le monde entier, car je viens d´apprendre que la répression joue aux USA sur le dernier point de liberté semblable à ce que nous avons connu a Ibiza : les rassemblements merveilleux des Rainbows seraient désormais plus ou moins interdits.
C´est ce qui a eu lieu à Ibiza pour la Fête des tambours sur la plage de Beniras et pour les soirées merveilleuses sur ce même lieu au coucher du soleil (pas interdit officiellement, dans ce cas, mais infiltré par de pseudo hippies étranges qui s´opposèrent aux danses et même à la semi nudité de certains, disant que ce n´était pas "catholique"!!!!!!
En regardant ce qui se passe sur l´île depuis deux ans au niveau des voitures et des passages piétons, je vois comment la décadence fonctionne et donc ce qu´il faudrait pouvoir faire pour l´arrêter et retrouver les contacts faciles, les baisers sur la bouche avec des inconnus dont parle Marta (au moins pour le symbole).
Je reviens, car je ne suis pas sûr que cet ordinateur va enregistrer ce texte!


Donc, depuis l´arrivage massif des Espagnols du continent, il devient dangereux de traverser dans les passages cloutés, comme à PARIS ou à BARCELONE.
Avant, toutes les voitures s´arrêtaient devant tous les passages cloutés pour vous laisser passer. On le savait, si on avait une voiture, on faisait pareil!
Mais voilà que les Visiteurs (surtout les Espagnols de la Péninsule, mais également des touristes style Moi-je-suis-en-vacances!) ont commencé à ne plus s´arrêter, ne sachant pas que cela se faisait ou ne voulant pas le savoir!
Le Modèle n´étant plus donne systématiquement alors, seuls les plus prudents ou courtois vont s´arrêter. Et donc, de moins en moins de conducteurs s´arrêtent.
IL EN EST DE MEME pour le reste qui nous préoccupe! Plus personne ne sourit naturellement, car il n´y a plus que quelques rares individus (les "anciens" de l´Ile) qui le font. On ne s´habille plus comme pour être en fête et différemment du costume obligatoire du vacancier passe partout; l´île devient aussi triste qu´ailleurs et robotisée, formatée à part quelques individus qui "dénotent" alors. Et comme ils en ont mare de dénoter, ils se replient dans leur finca, attendant la disparition des "ploucs". Mais ceux ci ne disparaissant plus, car il y a encore du travail sur l´île et c´est mieux que Barcelone ou Majorque, la mode devient celle de Barcelone ou du tourisme bas de gamme de Majorque.
DONC : il suffirait de relancer le Ibiza heureux de vivre, de se promener parmi des gens en vacances, de sourire à ceux qui nous plaisent et viennent pour être heureux aussi. Une centaine de personnes ayant compris cela changerait, par la nouvelle image, la nouvelle mode donnée ainsi, toute l´atmosphère de l´Ile et donnerait, par mimétisme, le nouveau (ancien!) ton!
MAIS sommes-nous une centaine ici à avoir compris cela ?? Et sommes-nous nous mêmes capables de nous bouger ainsi le cerveau pour incarner cela ? Dur... Dur... Tellement plus facile de "consommer" l´Ile que de lui donner notre "amour" (je n’aime pas utiliser ce mot galvaudé par le New Age, mais je sais que vous le comprendrez!).
A bientôt sur l´Ile, avec vos couleurs et vos sourires de joie de la liberté retrouvée!
………….


ESPOIR POUR IBIZA ?

Auteur : cyclamen
Date :26-04-04/23:56


Bonne question, Frenchies !
Les Optimistes disent (et moi aussi!) que c'est cyclique..., que nous avons déjà connu une détérioration de l'Ile où même les gens aisés ne pouvaient plus survivre (les charges de leurs appartements, le coût de tout)..., et que lorsque "tout le monde" en aura marre et sera parti, l'Ile redeviendra "parfaite".
Les Pessimistes (et moi aussi) pensent que ce n'est pas demain la veille, ce retour aux beaux temps! Les lettres des lecteurs ou les interviews d'artistes, etc..., des journaux locaux vont dans ce même sens! Assez effrayants, leurs constats!
On sent l'affolement : les vendeurs "hippisants" ne gagnent plus grand chose car les touristes sont "bas de gamme"; beaucoup pensent quitter l'Ile. Les ouvriers du bâtiment, venus d'Espagne, eux qui ont beaucoup travaillé depuis quelques années, ne doivent plus avoir autant de travail avec les nouvelles lois sur la construction et la chasse aux constructions illégales (certains avaient construit de fausses ruines pour avoir le droit de construire sur des lieux protégés! Prison!); peut-être est ce pour ne pas les mettre à la porte que le gouvernement veut construire une route à 6 voies entre Ibiza et l'Aéroport! En plus du chantier de grande voie Ibiza-San Jose et de l'énorme projet Ibiza-San Antonio qui font hurler tous les écolos! Délirant!
Le gouvernement parle de caméras pour contrôler la vitesse des voitures! Tellement de fous du volant et d'accidents! Des P.V. de 300 euros pour les crottes de chien! Avant : tranquilo! Et pas de quoi nourrir des animaux familiers!
Majorque est vaste... le tourisme y est bien parqué dans certains lieux. Ibiza est petite. Les touristes envahissent avec leur lourdeur, leur pudeur, leur tristesse, leurs bruyances, leur laideur, etc. Les lieux de rêve, les lieux de tourisme étant pleins... Les tagueurs ne se contentent pas des rues d’Ibiza; ils vont taguer des lieux comme Atlantis qui n'étaient jadis connus que des Méditants, Poètes et Amoureux...
Donc : dans très peu de temps, soit cela devient invivable et tout le monde (touristes et habitués) s'en va... ou un nombre suffisant de gens conscients reprennent l'Ile "en main", c’est à dire réaniment de leurs vêtements colorés, reparlent, resourient à tout le monde, vont danser sur les plages, cessent de se replier sur leur couple, leur bébé, leurs deux ou trois amis et leur chien! Se donnent à l'Ile au lieu de seulement venir la prendre, voire la violer!
Symbolique : à la Fête de la Terre, il y a quelques jours, chacun était dans son coin, avec l'éternel groupe de musique sur une scène faisant son éternel ego trip! Heureusement, une Tribu française que l'on voit souvent à Ibiza et qui a toujours, a contrario, dynamisé et relié les gens est arrivée... et j'ai pu me joindre à eux comme chaque fois (avec mes ami(e)s)... et retrouver un instant (sur quelques mètres carrés!) le Ibiza tout entier d'antan!
A suivre, donc!

Commenter cet article